Meshak, le rappeur qui met Dieu avant les filles

image: Meshak, le rappeur qui met Dieu avant les filles
© Alliance Presse

A 28 ans, Meshak vient de sortir son neuvième album de rap, «Conduits par l’Esprit». Les sonorités sont urbaines et percutantes, et les textes affirment les valeurs chrétiennes sans compromis.

«J’ai grandi en écoutant du rap dans la banlieue difficile de Bordeaux. J’ai toujours aimé cette musique et je l’utilisais pour insulter les autorités à travers des messages violents». Avec un look un peu bad boy, un accent du Sud-Ouest de la France et des intonations de voix de banlieusard, Meshak a tout du rappeur.

Un message révolutionnaire
Mais sur un point essentiel, le Français se distingue désormais des autres: il aime Dieu et veut le servir par l’intermédiaire de sa passion de toujours. «Après ma conversion, j’ai compris que je pouvais utiliser le rap pour apporter un message positif, un message d’amour et de paix.»

Depuis maintenant dix ans, Meshak se sent une mission de prédicateur-rappeur. Sa certitude, c’est que le message chrétien est révolutionnaire dans une société où les gens pensent d’abord à eux-mêmes. «Le Christ nous dit d’aimer celui qui nous frappe, d’aimer notre prochain. Ça, c’est révolutionnaire! L’homme a besoin d’amour, mais la société ne le reflète pas.»

A contre-courant
Meshak veut surtout interpeller les chrétiens à ne pas vivre leur foi juste à l’Eglise ou au groupe de jeunes. «Moi je veux édifier l’Eglise! La vie chrétienne est un combat de chaque jour, elle n’est pas facile. Le chrétien va à contre-courant constamment dans un système qui se rebelle contre Dieu. Mais Jésus est plus fort que le monde!». Dans son quotidien, le rappeur de 28 ans veut avoir «une vie propre» en se laissant interpeller par Dieu à travers la Bible: «Ce n’est pas un livre perdu, mais vivant, actuel et puissant.»

Pas de paires de seins
Musicalement, Meshak veut prouver qu’un bon son n’est pas incompatible avec la foi chrétienne. Avec des sonorités actuelles, mélange de ragga, hip-hop dur et RnB, le Bordelais plaît. «Souvent, les gens pensent qu’être chrétien, c’est se confiner derrière un costard serré qui nous étrangle. En réalité, nous sommes des gens comme tout le monde, mais nous avons la chance de connaître Jésus qui œuvre dans notre vie!». Si la musique sonne comme tous les raps, ce qui va autour est plus clean: «Il n’y a pas d’impuretés, de filles dénudées ou de paires de seins visibles dans mes clips.»

Violaine Attimont

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°