Un gros rockeur s'émerveille de l'amour de Dieu

Il y a vingt ans, Michael Pritzl a fondé The Violet Burning, un groupe de rock alternatif dont il est toujours le leader. Il raconte son parcours, mais t’encourage surtout à découvrir l’amour et la patience de Dieu pour toi.

Pourquoi fais-tu de la musique?
Petit garçon, j’étais déjà scotché à la musique. Je rejouais et je chantais ce que j’entendais. La musique fait partie de l’expression de mon identité d’homme, c’est un moyen d’exprimer tout ce par quoi je passe. Et la musique est pour moi une réelle connexion avec Dieu. Quand j’empoigne ma guitare ou que je me mets au piano, je sens sa présence. J’ai besoin d’exprimer ce que je ressens, ça jaillit de moi et je ne peux pas l’éteindre.

D’où te vient ton inspiration?
Je suis quelqu’un qui «entend» la musique. Je la capte comme une antenne radio. La musique peut pénétrer nos cœurs, nos âmes et nos humeurs. Elle a le pouvoir de nous changer. Parfois, j’entends donc des choses dans ma tête et je les laisse juste sortir. J’écris de la musique presque tous les jours et je l’enregistre. Quand je prépare un nouvel album, je réécoute tout ça et je trie, pour travailler seulement les meilleures chansons.

Que t’apporte le fait de connaître Dieu?
Cela me rend plus humble. Quand je vois la beauté de la création, je me dis qu’il a tout sous contrôle. Et il aime chacun de nous, il connaît nos soucis, nos souffrances et nos espoirs. Je veux alors lui rendre gloire et je me dis: «Ouah, Seigneur, je ne suis rien comparé à toi». L’amour de Dieu est patient, bon et persévérant. Tout le contraire de notre amour humain. Dieu est patient et il veut nous aider à changer, même si les changements n’arrivent pas du jour au lendemain.

Tu as souvent dit apprécier ceux qui t’acceptent tel que tu es. Est-ce toujours le cas?
Qui de nous n’a jamais vécu le rejet ou a n’a jamais été incompris? Quand j’étais môme, par exemple, mes parents disaient: «Pourquoi écoutes-tu cette musique punk rock? Arrête ça!». Dieu, lui, nous accepte tels que nous sommes. Il nous connaît et il reste le même hier, aujourd’hui et la semaine prochaine. Il est le même qu’il y a plusieurs siècles! Dieu existe en dehors du temps, il voit chaque moment particulier de notre vie en même temps, il nous voit avec nos préoccupations! Parfois, on voit Dieu comme un humain, mais il n’est pas un homme! Il est Dieu, il a fait l’homme. Et Dieu fait en sorte que nous puissions choisir son amour et son pardon.

Tu veux dire que Dieu ne force personne?
On est libre d’être malheureux si on le veut. Nous devons assumer les conséquences de nos choix. Je peux décider de me saouler jusqu’à m’évanouir, mais le lendemain matin, j’aurai les résultats de ce choix. Alors, oui, j’aime le fait que Dieu ne nous force jamais la main. Je peux choisir de le suivre ou non, de recevoir sa grâce ou non. Si je l’accepte, la paix débarque dans ma vie! Et même si des obstacles se dressent sur ma route, j’ai toujours cette paix.

Tu parles du choix de le suivre ou non: comment es-tu arrivé à faire ce choix?
J’ai été élevé dans un milieu catholique, mais Dieu me semblait très éloigné. Un jour, j’ai dit à Dieu: «Si tu existes vraiment, prouve-le moi, pardonne mes erreurs et viens dans mon cœur». A cet instant même, quelque chose a changé, comme si j’étais entièrement neuf. Je sentais que mon cœur était rempli de Dieu. Depuis, j’ai affronté la solitude, le rejet et les conséquences de mes mauvais choix, mais j’ai découvert que Dieu m’aimait, malgré mes circonstances ou mes erreurs.

Mik Clottu

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°