Dieu t’a mis quelque chose sur le coeur

Retrouve le témoignage d’un responsable de jeunesse, qui t’encourage dans ta foi. Découvre “You've got a message”, la parole à l'invité: Nathan Lambert, 23 ans, qui habite en région parisienne et travaille pour Jeunesse pour Christ.

J’ai toujours eu beaucoup de compassion pour les gens. Un jour, à neuf ans, je me promenais dans une rue de Londres avec mes parents pendant les vacances, par une magnifique journée. Dehors, un homme était adossé à un mur, un verre à la main. Je me suis dit: «Ce pauvre homme n’a pas d’argent et moi j’en ai». Pendant que mes parents continuaient leur chemin, je suis revenu en arrière en courant et j’ai mis quelques pièces dans son verre, avant de retourner vers mes parents. Et là, ils étaient morts de rire. «Tu sais, Nathan, ce n’est pas un mendiant, mais un homme en train de siroter une tasse de café et de profiter du soleil du mois de juillet». Comme vous le voyez, j’avais les choses très à cœur.

J’ai ensuite commencé des études de théologie. J’ai appris quantité de choses et me suis engagé dans ma région. On me bourrait le crâne avec des enseignements sur Dieu et ça me passionnait. Mais j’avais perdu ce cœur pour la justice sociale. En lisant «Vivre comme un simple radical», de Shane Claiborne (éd. Première partie), j’ai retrouvé ce désir. Puis, avec des amis, nous avons lancé le projet de prier 24h sur 24 pendant sept jours. Pendant que je priais, c’est comme si Dieu me disait : «Nathan, tu as oublié un truc. Tu t’es impliqué dans plein de choses enthousiasmantes, mais tu as oublié le cœur pour les pauvres que je t’avais communiqué quand tu étais petit.»

Je me suis rappelé que Jésus avait choisi la croix pour y mourir. Homme juste et parfait, il était mort pour des injustes comme moi. J’ai compris que, maintenant que cette croix était vide, c’était à moi de la porter. J’ai remis ma vie en question et me suis dit : «Tu n’as plus à vivre pour sauver ta vie, mais pour la donner pour les pauvres». Maintenant que je suis rendu juste par lui, c’est à moi de mourir pour les injustes. Pas seulement de façon symbolique comme si je disais «Je décide de manger moins de chocolat», mais de manière concrète ! J’ai donc décidé de m’engager dans une cité à côté de chez moi. Tant pis si je me fais tabasser ou si ça me coûte la vie, je veux répandre la parole du Christ. C’est pour Jésus que je vis, et la mort m’est un gain.

Voici ma question pour toi : qu’est-ce qui te prend aux tripes ? Donne ta vie pour ce que Jésus t’a mis à cœur. En tant que chrétien, c’est la chose la plus belle que tu puisses faire. C’est dur, mais ça en vaut le coup. Mon rêve, c’est de voir une génération qui se lève et qui se met au service des autres. Si toute une génération vit ce message, cela changera le monde et apportera le Réveil.

Nathan Lambert

Je m'abonne à Just 4U | Achat au N° | Autres articles de ce N°